Transports Crouvezier
24 rue du Hohneck
88250 La Bresse
France

Tél : 03 29 25 40 50
crouvezier-transports@orange.fr

Actualités

L’officiel des transporteurs

On parle des Transports Crouvezier dans "L'officiel des transporteurs".

> Voir toutes les actualités

Historique

L'origine de la société remonte à la période d'après-guerre.
Maria et André CROUVEZIER se marient en 1928 et de leur union naissent 7 enfants;6 fils et une fille, nés entre 1928 et 1941
Roger (1928)., Gilbert (1929), Nicole (1932) Jean-Marie (1933), Yvan (1935) , Pierre (1937) et Bernard (1941).
Durant la période d après guerre, André CROUVEZIER œuvre à la reconstruction du village de La Bresse détruit en grande partie par les bombardements. Il décide même de créer avec un de ses fils Gilbert une entreprise de bâtiment qui perdurera jusqu'en 1955, à un moment où la reconstruction du village s'achève.
A cette époque, Pierre concilie un travail de chantier avec des études de métreur en bâtiment, il n'est alors âgé que de 17 ans.


Mais l'échec de la société de bâtiment laisse à la famille des dettes qui les obligent à trouver des solutions pour envisager un remboursement. Car à cette époque on ne parle pas de dépôt de bilan quand une société n'est plus rentable il faut quand même payer ses dettes envers ses fournisseurs.


C'est au cours d'un voyage à Saint Baslemont (Vosges) , où la famille fût réfugiée pendant la guerre que les frères font connaissance de Mr KUBLER.
À cette époque, il transporte du vin en citerne et en évoquant son activité, ils se rendent compte que ce métier lui permet de gagner correctement sa vie.
C'est alors la première fois que germe dans leurs têtes l'idée de créer une entreprise de transport, nous sommes alors en 1954 et ils entrevoient alors la solution pour éponger leurs dettes.
C'est Gilbert, qui guide ses frères dans la création de la société qui emploie Gilbert, Roger, Yvan et Pierre, Bernard étant trop jeune.

C'est en 1955 que l'activité démarre

Avec un petit Berliet GLB 5 Tonnes à benne basculante, peu de temps après, il est repris pour acheter un GDM l OW Berliet, un 6 roues d'occasion.
La citerne est composée de 4 compartiments pour un volume total de 136hl bien que les frères aient passés, commande d'une 160 hl.
Enfin, les premiers voyages peuvent démarrer. Pour que le véhicule tourne le plus possible, les quatre frères sont affectés à la conduite. Mais après 11 voyages effectués, le 14 juin 1955, alors que Yvan est au volant dans le sud de la France,et Pierre dans la couchette, un grave accident pulvérise la cabine et détruit la citerne, déversant une partie de son carburant et de sa cargaison de spiritueux sur la chaussée.
Par miracle, aucun blessé n'est à déplorer au cours de cet accident, mais non couvert par une assurance il leur faut maintenant trouver un autre véhicule tout en continuant à payer celui détruit dans l'accident. Peu de temps après, toujours avec le même enthousiasme, ils remplacent le Berliet par un camion de la marque Bernard et une citerne d'occasion acquise à Nîmes.
Mais les frères, tous employés dans la même société se rendent compte que même si à l'époque, le transport reste rentable, il ne peut pas assumer les besoins de la famille entière. Gilbert et Roger décident alors de quitter le navire et de partir travailler pour une société de travaux publics locale.
Pierre se retrouve alors à 18 ans avec son frère Yvan et avec un camion pour assumer le remboursement de la dette contractée par la société de bâtiment de son père et payer les traites de 2 camions.
Alors, il faut économiser sur tous les postes, y compris en roulant avec des pneumatiques pas toujours en bon état et sans licence transport.
Car à l'époque, les licences s'achètent et même très cher et en théorie ce sésame est nécessaire pour exercer l'activité de transport routier.
Chaque jour ou presque, l'huissier passe pour réclamer les traites et les impayées.


En 1956

Yvan part à l'armée et Bernard alors âgé de 15 ans rejoint Pierre et tous les deux essayent tant bien que mal et au prix de sacrifices et d'un travail acharné de conserver la société. Par leur travail ils parviennent à éviter la banqueroute et la vente aux enchères de la maison familiale.


Mais le transport de spiritueux commence à manquer et Pierre et Bernard décident de faire fabriquer une carrosserie plateau ridelles à la Carrosseria Mathieu de La Bresse. Le premier client de ce matériel fut la Brasserie de Charmes et par la suite ils transportèrent du Bois depuis la Scierie Germain à Saulxures-sur-Moselotte (88) vers Strasbourg. Très vite, d'autres scieries de la région font appel à leurs services et un trafic sur Strasbourg se met en place grâce à des retours de pâte à papier de Strasbourg vers Mandeure (25) et Torpes (25) les circuits s' s'enchaînent avec un minimum de trajet à vide.
En possession d'une unique licence de location limitée à 3tonnes 5, ils effectuent malgré tout des transports en longue distance.


En 1960

Pierre part effectuer son service militaire en Algérie et laisse seul Bernard alors âgé de 19 ans.
Grâce à de l'argent prêté et beaucoup de travail, les dettes diminuent, mais pas question de lever le pied il faut rouler presque jour et nuit sans s'arrêter gagner un peu d'argent et racheter du matériel.
En 1961 Bernard parvient à acheter un Saviem neuf grâce à son beau-frère René qui se porte caution et sur la calandre il fera inscrire «mon rêve» pour mesurer chemin parcouru.
1962 nouveau changement ; c'est Bernard qui effectue son service militaire dans la région et Pierre qui, revenu d'Algérie, reprend le volant.


Mais Bernard au cours de ses permissions continue à rouler. Car à ce moment, vider et recharger le samedi n'était pas encore incompatible avec la vie économique.
Cinq voyages par semaine étaient le rythme de travail moyen hebdomadaire. Il faut dire qu'ils passaient des journées entières à Strasbourg tant il y avait de camions à charger et quand vers 18 ou 20 heures leur camion était chargé, il fallait rouler toute la nuit pour vider tôt le matin et venir recharger dans les scieries.
Autant dire que les nuits de sommeils n'étaient pas bien longues.
Quand au repos dominical, bien mérité, ils le passaient à entretenir le matériel ou charger du bois en forêt et tout cela terminé, il fallait déjà se préparer pour entamer la semaine suivante.


1963

Bernard termine son service militaire et il trouve pour son retour un tracteur UNIC et une remorque d'occasion. Mais l'Unic s'avère en plus mauvais état que prévu et au bout d'une année ils rachètent un magirus Deutz 220 chevaux livré en 1964.





1966

Ils achètent un tracteur Saviem et une remorque Dorsey et une licence zone longue.
Bernard effectue alors des trajets réguliers entre les Vosges et Le Havre ou recharge du coton pour les «Héritiers Georges Perrin» une filature de la vallée.
Peu de temps après, Yvan rejoint ses deux frères et à cette occasion ils font l'acquisition d'un tracteur MAN et d'une remorque TRAILOR.

Les 3 frères embauchent alors leur premier chauffeur Hubert Ragot le 6 décembre 1966, il sera rapidement suivi par Jean Houillon le 2 août 1967.
Pierre roule moins et s'occupe davantage des programmes et Bernard quant à lui enchaîne les rotations sur Le Havre sans beaucoup dormir, car à ce moment il n'existe pas vraiment de réglementation sur les temps de travail et les temps de repos.
Du coup, la rentabilité est bonne et l'entreprise prospère.



1968

Ils font l'acquisition d'un garage à La Bresse et Eliane, la femme de Bernard prend en charge l'organisation des transports alors que Pierre commence à délaisser le transport pour se consacrer au garage.

1970

Construction d'un garage au 24 de la rue du Hohneck avec d'un côté la partie transport routier gérée à présent par Bernard et Eliane et de l'autre la partie garage et concession de véhicules gérée par Pierre.

1972

La Société de fait Transport Crouvezier devient la Sarl Transport Crouvezier et Bernard devient alors officiellement gérant. Avec une dizaine d'ensembles routiers.

Avec une activité principale basée sur l'industrie du bois: en Benne avec les transports de plaquettes vers la papeterie de Strasbourg et en bois de sciage en livraison sur le nord et la Normandie.
Dans les années 1980, l'activité liée au bois diminue et l'entreprise se diversifie en transportant pour la société Les zelles des fenêtres en PVC sur toute la France.
L'activité bois évolue également et alors que la plupart des livraisons se faisaient sur Strasbourg, une autre papeterie voit le jour à Golbey et devient bientôt un gros consommateur de plaquettes pour la fabrication du papier.
Au mois de septembre 1996 pour renforcer l'activité de résidus de bois en benne Bernard achète le premier Fond mouvant alternatif pour remplacer les bennes basculantes devenues au dire des industriels dangereuses lors des déchargements

 

En 1997

Le fils de Bernard; Lionel rentre dans la société en tant que salarié.
L'entreprise se développe alors au rythme du fabricant de fenêtres.
Sous l'impulsion des scieurs locaux et en association avec la C.F.P, consommateur de sciure pour la fabrique de panneaux, l'année 1998 voit naître un nouveau rapprochement à travers Sélection Vosges dont la société CROUVEZIER est nommée transporteur attitré.

En l'an 2000

Elle compte près de 20 salariés.
Au mois de mai 1999 en collaboration avec Les Zelles le premier chariot embarqué type Manitou est mis en service permettant ainsi la livraison autonome des fenêtres conditionnées sur palettes sur les chantiers.

En 2001

Bernard prends sa retraite suivit deux années plus tard par sa femme Eliane.
Lionel prend alors la gérance avec sa femme Céline qui s'occupe de toute la comptabilité et de la facturation.
À ce jour, nous comptons 10 élévateurs embarqués tous du type Manitou , 15 conducteurs affectés à la longue distance; 4 à la courte distance et un mécanicien à ses heures transporteur de plaquettes ou livreur de fenêtres sur chantier.